Un jour en Indochine

Le forum du journal des Indochinois
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)

Aller en bas 
AuteurMessage
InDoAleX

avatar

Messages : 745
Date d'inscription : 06/08/2007
Age : 32
Localisation : Dans le paradize de Sir Sirkis ! (Anglet-P.A)

MessageSujet: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Ven 20 Fév - 2:51

3 jours en retard, voici enfin mon article !

____________________________________________________________


UN JOUR EN INDOCHINE N° 8
Visuels Indochinois
« La pochette de LITTLE DOLLS »






Premier single très attendu extrait du nouvel album d’Indochine, intitulé « La République des Météors », « Little Dolls » a déferlé sur nos ondes dès le 10 décembre 2008. Quelques jours plus tôt, le groupe nous faisait partager en exclusivité sur son site la pochette qui allait accompagner la sortie –digitale- de la chanson, et qui annonçait d’ores et déjà le ton de l’album et le radical virage du groupe vers un univers plus adulte. Certains ont reçu un choc digne d’une météorite à la vue de cette pochette assez sombre bien que malheureusement si réaliste et significative de l’horreur de la guerre, et nombre de polémiques ont eu lieu à son sujet.
Mais en ce qui nous concerne, au lieu de nous éparpiller, tels des fragments rocheux, dans d’ hypothétiques suppositions du pourquoi du comment du choix de la photo et des couleurs, et en avis faits uniquement des sempiternels « J’aime » ou « J’aime pas », essayons plutôt d’analyser cette nouvelle pochette pour tenter d’en dégager la signification, les symboles, et peut-être la rattacher à la chanson en elle-même, dont je suis sûre que vous connaissez tous les paroles par cœur à l’heure où je rédige cet article.


Pour commencer, essayons de décrire les différents éléments qui composent cette pochette, qui pour moi se divise en deux parties.

Premièrement, l’image de fond : On voit un homme, très probablement un martyr (résistant, prisonnier, ou soldat déclaré coupable de mutinerie), à genoux dans la neige (donc sûrement en plein hiver), les yeux bandés et les mains liées derrière le dos. Cet homme est sur le point de se faire fusiller par un peloton de soldats (ennemis ou envoyés par les instances supérieures, ceux qui donnent les ordres sans se mouiller) commandés par des généraux au pistolet levé. L’image est en noir et blanc, les habits des soldats appartiennent à une époque chronologiquement révolue (peut-être la première ou la seconde guerre mondiale).

Au premier plan, presque comme une opposition, est inscrit le nom du groupe avec une typographie haute en couleurs. Ce qui semble être le nouveau logo d’Indochine (en dehors de la croix de « Paradize », devenue un signe de ralliement entre les fans et les indoboys) porte des couleurs qui font d’abord penser à celles de l’arc-en-ciel. C’est d’ailleurs avec le titre de la chanson le seul élément en couleurs de la pochette, ce qui le fait ressortir. C’est presque la première chose que l’on voit (c’est en tout cas la première chose que j’ai remarquée en découvrant cette nouvelle pochette).

Il existe sans doute plusieurs interprétations possibles à cette pochette et aux symboles qu’elle porte. Celle qui m’est personnelle et que je vais tenter de développer ici est celle de la théorie du « Après la pluie, vient le beau temps ».
Je m’explique : Pour moi, l’association de cette photo assez choquante en noir et blanc et du logo multicolore peut représenter une opposition entre le négatif et le positif.

En effet, en regardant cette photo en noir et blanc, les mots qui me viennent à l’esprit sont plutôt de l’ordre du négatif, tandis que le logo me fait penser à des choses plus positives.

L’hiver est souvent associé à la mélancolie et à la mort. Les arbres sont nus, dépourvus de feuilles, le gel et le froid fige la nature, tout est morne et sombre. C’est la fin d’un cycle.

L’image de ce soldat agenouillé dans la neige, les yeux bandés, n’est pas non plus bien réjouissante, et l’interprétation que l’on peut en faire est assez violente.
Effectivement, le fait que ce martyr soit à genoux un bandeau sur les yeux, montre sans doute selon moi une volonté de soumission et peut-être même de déshumanisation de la part de ses lâches bourreaux. En effet, le bandeau cache le regard de l’homme. On ne voit donc pas les expressions de son visage, on ne perçoit pas ses sentiments. Dès lors il ne représente plus pour le peloton d’exécuteurs qu’une cible quelconque, oserai-je dire un morceau de chair à canon ? On dit que nos yeux sont le miroir de notre âme : Bander les yeux de ce soldat revient à recouvrir ce miroir pour ne pas qu’il reflète les ressentiments de son âme. Plus facile alors d’agir sans regrets ni remords. On pourrait presque faire le parallèle avec les nazis dans les camps de concentration pendant la Seconde Guerre Mondiale, qui faisaient se dénuder entièrement les déportés Juifs, non pas pour qu’ils puissent prendre leur douche tranquillement – l’Histoire nous montre bien la triste vérité – mais par volonté, comme ces bourreaux, de déshumaniser leurs victimes. En effet, habillés, le visage est la seule partie du corps en dehors des mains qui reste visible, qui ressort, tandis que nus, il se fond dans la masse, et il était alors plus facile de les considérer comme des animaux, d’autant plus qu’ils étaient tenus de garder les yeux baissés (justement pour ne pas montrer ce miroir de leur âme).

De plus, au niveau des couleurs, on peut associer le noir et blanc à l’idée de passé, de mélancolie… Le fait que l’image soit une image d’archive nous rappelle également la violence et l’horreur ou plutôt les horreurs de la guerre, idée renforcée par la présence des fusils et des pistolets des exécuteurs.

Et puis, en complète opposition, il y a ce « logo » tout en couleurs, qui révèle en nous un peu de gaité après la tristesse et le choc engendrés par la vision de l’image de fond.
Pour moi, ce choix de couleurs multicolores n’est pas anodin : Il symbolise sans doute deux choses principales.
Premièrement, la vie et l’insouciance dans laquelle vivaient certaines personnes à l’arrière pendant la première guerre mondiale, idée étayée par les couleurs chaudes rouge, jaune, orange du logo, qui font penser à des choses positives telles que la vie, le renouveau, les rires, la chaleur humaine etc.

Mais ce choix de couleurs peut également symboliser le présent, le futur et surtout l’espoir : Peut-être que la cause pour laquelle le martyr est mort a triomphé.
Ces couleurs semblables à celles de l’arc-en-ciel me font penser à l’expression « Après la pluie, vient le beau temps », que j’ai employée plus haut pour présenter mon interprétation personnelle de ce visuel. En effet, elles donnent l’impression d’une lueur d’espoir d’un avenir meilleur et haut en couleurs après les horreurs de la guerre.
Finalement, cette pochette colle très bien avec les paroles de la chanson, qui sont celles d’un soldat partant à la guerre, ou d’un résistant, qui n’est pas sûr de revenir vivant de sa « mission », et qui se demande si sa femme l’attendra, ce qu’ils deviendront, tout en gardant à la fin une lueur d’espoir : « Même si tu mens, tu sauras, tu m’attendras… Alors, à demain, encore, ca va… », « J’attends la vie, j’attends que tu m’embrasses[…] embrasse-moi encore à nouveau ! »


Après avoir interprété cette pochette, on pourrait se demander, en guise de conclusion, quel message Indochine a voulu faire passer à son public, quelle idée Nicola Sirkis et ses acolytes avaient derrière la tête.

Nadine_Crow et MissMarco nous livrent une partie de la réponse en nous proposant leur analyse et leur ressenti concernant ce nouveau visuel :

« Certains ont été pas mal choqués par ces couleurs outrancières. Esthétiquement parlant, pour être plus précise. Et je ne pense pas que ce soit là pour faire joli, bien au contraire. C'est ironique...
Ces sapins, cette neige, ce martyr et la couleur gaie (certains disent "gay") qui vient embellir sans embellir cette image. Pour moi, cela rappelle que la guerre notamment à travers le patriotisme, contrairement à ce qu'on veut nous faire gober à coups de médailles et de cérémonies, c'est pas joli du tout. Et ce mélange de couleurs fait penser à Ebay, ce célèbre site d'enchères... la guerre serait-elle une enchère menée entre bureaucrates qui n'ont pas à se soucier d'avoir peur de crever ? » «Il est vrai qu'on dit de la neige : " ce pur manteau blanc. Et sous le manteau, on dissimule des choses. Et on refourgue aussi des choses illégalement. »
Nadine_Crow


« Moi aussi, j'ai tout de suite pensé que la personne fusillée était un martyr et en aucun cas un traitre. Peut-être un soldat qui a eu le courage, et je dis bien le courage, de refuser d'obéir à un ordre du genre : reprendre une colline ou des tranchées perdues la veille.
On sait que beaucoup furent "fusillés pour l'exemple"; façon de rappeler que même si le simple soldat a une vision certes plus proche de la réalité (avec les lignes ennemies à quelques mètres) ce n’est pas lui qui commande !
Le fait que la victime soit agenouillée : volonté de le rabaisser encore ?
Ce paysage, c'est comme si la neige allait tout recouvrir, afin de cacher certaines choses et l'on sait bien que ceux restés à l'arrière ne savaient pas tout; nos manuels scolaires aussi on eu des trous de mémoire!
Ce paysage me fait penser à la Lorraine (sans doute parce que c'est ma région); les bords de routes ou l'on voit des tombes de soldats, sans parler de ces vastes champs de croix. Bref, la neige, le froid, ce martyr et face à lui ce peloton qui s'apprête à tirer; tout cela me fait froid dans le dos.
Bravo Indo pour avoir osé!»
MissMarco.

Au-delà de la volonté de réaliser une pochette en adéquation totale avec la chanson qu’elle illustre, on peut donc dire qu’Indochine a également souhaité choquer tout en montrant son changement radical d’univers. Fini l’adolescence et ses tourments, place à la dure réalité de l’âge adulte. Comme l’a dit Nicola : « On entre dans l’âge adulte. On a pas du tout envie d’y entrer, mais ca y est, là, c’est fait, on y est en plein dedans. On a fini de rigoler. »

Oui, fini de rigoler. La Météorite Indochine est sur le point de s’abattre sur nous et de faire exploser de bonheur nos petites oreilles ! Préparez-vous au grand choc, « La République des Météors » s’écrase le 9 Mars !


InDoAleX

_________________
"Pour toujours dans nos coeurs brillera l'Electrastar..."
http://steph-sanctuary.forumactif.com

"Je suis un cas désespérant. Surtout en cuisine !" Nicola Sirkis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.planeteindochine.fr.tc
Indotab

avatar

Messages : 794
Date d'inscription : 22/09/2008
Age : 46
Localisation : Doncourt les Conflans

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Ven 20 Fév - 12:49

Super !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InDoAleX

avatar

Messages : 745
Date d'inscription : 06/08/2007
Age : 32
Localisation : Dans le paradize de Sir Sirkis ! (Anglet-P.A)

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Ven 20 Fév - 13:45

Merci Smile

_________________
"Pour toujours dans nos coeurs brillera l'Electrastar..."
http://steph-sanctuary.forumactif.com

"Je suis un cas désespérant. Surtout en cuisine !" Nicola Sirkis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.planeteindochine.fr.tc
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Ven 20 Fév - 19:42

Très complet ma choupette!
J'ai noté quelques répétitions, mais hormis ce détail, article complet, précis et fluide!
Cool
Revenir en haut Aller en bas
InDoAleX

avatar

Messages : 745
Date d'inscription : 06/08/2007
Age : 32
Localisation : Dans le paradize de Sir Sirkis ! (Anglet-P.A)

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Ven 20 Fév - 20:13

Merci ma Choupette ! Very Happy J'essaye d'éviter les répétitions, mais effectivement, il y en a que je vois pas vraiment comment enlever ^^

_________________
"Pour toujours dans nos coeurs brillera l'Electrastar..."
http://steph-sanctuary.forumactif.com

"Je suis un cas désespérant. Surtout en cuisine !" Nicola Sirkis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.planeteindochine.fr.tc
Nadine_ Crow

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Lun 9 Mar - 14:44

Euh avec trois trains de retard... Très bien écrit ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InDoAleX

avatar

Messages : 745
Date d'inscription : 06/08/2007
Age : 32
Localisation : Dans le paradize de Sir Sirkis ! (Anglet-P.A)

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Mer 11 Mar - 15:39

Merci ! ^^ Contente de te revoir parmi nous ! Very Happy

_________________
"Pour toujours dans nos coeurs brillera l'Electrastar..."
http://steph-sanctuary.forumactif.com

"Je suis un cas désespérant. Surtout en cuisine !" Nicola Sirkis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.planeteindochine.fr.tc
Nadine_ Crow

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Mer 11 Mar - 15:57

Oui vous me manquiez tous j'avais hâte de revenir Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indotab

avatar

Messages : 794
Date d'inscription : 22/09/2008
Age : 46
Localisation : Doncourt les Conflans

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Ven 20 Mar - 17:57

Petit Edit pour changer la conclusion de l'article ! Merci InDoAleX !


UN JOUR EN INDOCHINE N° 8
Visuels Indochinois
« La pochette de LITTLE DOLLS »





Premier single très attendu extrait du nouvel album d’Indochine, intitulé « La République des Météors », « Little Dolls » a déferlé sur nos ondes dès le 10 décembre 2008. Quelques jours plus tôt, le groupe nous faisait partager en exclusivité sur son site la pochette qui allait accompagner la sortie –digitale- de la chanson, et qui annonçait d’ores et déjà le ton de l’album et le radical virage du groupe vers un univers plus adulte. Certains ont reçu un choc digne d’une météorite à la vue de cette pochette assez sombre bien que malheureusement si réaliste et significative de l’horreur de la guerre, et nombre de polémiques ont eu lieu à son sujet.
Mais en ce qui nous concerne, au lieu de nous éparpiller, tels des fragments rocheux, dans d’ hypothétiques suppositions du pourquoi du comment du choix de la photo et des couleurs, et en avis faits uniquement des sempiternels « J’aime » ou « J’aime pas », essayons plutôt d’analyser cette nouvelle pochette pour tenter d’en dégager la signification, les symboles, et peut-être la rattacher à la chanson en elle-même, dont je suis sûre que vous connaissez tous les paroles par cœur à l’heure où je rédige cet article.


Pour commencer, essayons de décrire les différents éléments qui composent cette pochette, qui pour moi se divise en deux parties.

Premièrement, l’image de fond : On voit un homme, très probablement un martyr (résistant, prisonnier, ou soldat déclaré coupable de mutinerie), à genoux dans la neige (donc sûrement en plein hiver), les yeux bandés et les mains liées derrière le dos. Cet homme est sur le point de se faire fusiller par un peloton de soldats (ennemis ou envoyés par les instances supérieures, ceux qui donnent les ordres sans se mouiller) commandés par des généraux au pistolet levé. L’image est en noir et blanc, les habits des soldats appartiennent à une époque chronologiquement révolue (peut-être la première ou la seconde guerre mondiale).

Au premier plan, presque comme une opposition, est inscrit le nom du groupe avec une typographie haute en couleurs. Ce qui semble être le nouveau logo d’Indochine (en dehors de la croix de « Paradize », devenue un signe de ralliement entre les fans et les indoboys) porte des couleurs qui font d’abord penser à celles de l’arc-en-ciel. C’est d’ailleurs avec le titre de la chanson le seul élément en couleurs de la pochette, ce qui le fait ressortir. C’est presque la première chose que l’on voit (c’est en tout cas la première chose que j’ai remarquée en découvrant cette nouvelle pochette).

Il existe sans doute plusieurs interprétations possibles à cette pochette et aux symboles qu’elle porte. Celle qui m’est personnelle et que je vais tenter de développer ici est celle de la théorie du « Après la pluie, vient le beau temps ».
Je m’explique : Pour moi, l’association de cette photo assez choquante en noir et blanc et du logo multicolore peut représenter une opposition entre le négatif et le positif.

En effet, en regardant cette photo en noir et blanc, les mots qui me viennent à l’esprit sont plutôt de l’ordre du négatif, tandis que le logo me fait penser à des choses plus positives.

L’hiver est souvent associé à la mélancolie et à la mort. Les arbres sont nus, dépourvus de feuilles, le gel et le froid fige la nature, tout est morne et sombre. C’est la fin d’un cycle.

L’image de ce soldat agenouillé dans la neige, les yeux bandés, n’est pas non plus bien réjouissante, et l’interprétation que l’on peut en faire est assez violente.
Effectivement, le fait que ce martyr soit à genoux un bandeau sur les yeux, montre sans doute selon moi une volonté de soumission et peut-être même de déshumanisation de la part de ses lâches bourreaux. En effet, le bandeau cache le regard de l’homme. On ne voit donc pas les expressions de son visage, on ne perçoit pas ses sentiments. Dès lors il ne représente plus pour le peloton d’exécuteurs qu’une cible quelconque, oserai-je dire un morceau de chair à canon ? On dit que nos yeux sont le miroir de notre âme : Bander les yeux de ce soldat revient à recouvrir ce miroir pour ne pas qu’il reflète les ressentiments de son âme. Plus facile alors d’agir sans regrets ni remords. On pourrait presque faire le parallèle avec les nazis dans les camps de concentration pendant la Seconde Guerre Mondiale, qui faisaient se dénuder entièrement les déportés Juifs, non pas pour qu’ils puissent prendre leur douche tranquillement – l’Histoire nous montre bien la triste vérité – mais par volonté, comme ces bourreaux, de déshumaniser leurs victimes. En effet, habillés, le visage est la seule partie du corps en dehors des mains qui reste visible, qui ressort, tandis que nus, il se fond dans la masse, et il était alors plus facile de les considérer comme des animaux, d’autant plus qu’ils étaient tenus de garder les yeux baissés (justement pour ne pas montrer ce miroir de leur âme).

De plus, au niveau des couleurs, on peut associer le noir et blanc à l’idée de passé, de mélancolie… Le fait que l’image soit une image d’archive nous rappelle également la violence et l’horreur ou plutôt les horreurs de la guerre, idée renforcée par la présence des fusils et des pistolets des exécuteurs.

Et puis, en complète opposition, il y a ce « logo » tout en couleurs, qui révèle en nous un peu de gaité après la tristesse et le choc engendrés par la vision de l’image de fond.
Pour moi, ce choix de couleurs multicolores n’est pas anodin : Il symbolise sans doute deux choses principales.
Premièrement, la vie et l’insouciance dans laquelle vivaient certaines personnes à l’arrière pendant la première guerre mondiale, idée étayée par les couleurs chaudes rouge, jaune, orange du logo, qui font penser à des choses positives telles que la vie, le renouveau, les rires, la chaleur humaine etc.

Mais ce choix de couleurs peut également symboliser le présent, le futur et surtout l’espoir : Peut-être que la cause pour laquelle le martyr est mort a triomphé.
Ces couleurs semblables à celles de l’arc-en-ciel me font penser à l’expression « Après la pluie, vient le beau temps », que j’ai employée plus haut pour présenter mon interprétation personnelle de ce visuel. En effet, elles donnent l’impression d’une lueur d’espoir d’un avenir meilleur et haut en couleurs après les horreurs de la guerre.
Finalement, cette pochette colle très bien avec les paroles de la chanson, qui sont celles d’un soldat partant à la guerre, ou d’un résistant, qui n’est pas sûr de revenir vivant de sa « mission », et qui se demande si sa femme l’attendra, ce qu’ils deviendront, tout en gardant à la fin une lueur d’espoir : « Même si tu mens, tu sauras, tu m’attendras… Alors, à demain, encore, ca va… », « J’attends la vie, j’attends que tu m’embrasses[…] embrasse-moi encore à nouveau ! »


Après avoir interprété cette pochette, on pourrait se demander, en guise de conclusion, quel message Indochine a voulu faire passer à son public, quelle idée Nicola Sirkis et ses acolytes avaient derrière la tête.

Nadine_Crow et MissMarco nous livrent une partie de la réponse en nous proposant leur analyse et leur ressenti concernant ce nouveau visuel :

« Certains ont été pas mal choqués par ces couleurs outrancières. Esthétiquement parlant, pour être plus précise. Et je ne pense pas que ce soit là pour faire joli, bien au contraire. C'est ironique...
Ces sapins, cette neige, ce martyr et la couleur gaie (certains disent "gay") qui vient embellir sans embellir cette image. Pour moi, cela rappelle que la guerre notamment à travers le patriotisme, contrairement à ce qu'on veut nous faire gober à coups de médailles et de cérémonies, c'est pas joli du tout. Et ce mélange de couleurs fait penser à Ebay, ce célèbre site d'enchères... la guerre serait-elle une enchère menée entre bureaucrates qui n'ont pas à se soucier d'avoir peur de crever ? » «Il est vrai qu'on dit de la neige : " ce pur manteau blanc. Et sous le manteau, on dissimule des choses. Et on refourgue aussi des choses illégalement. »
Nadine_Crow


« Moi aussi, j'ai tout de suite pensé que la personne fusillée était un martyr et en aucun cas un traitre. Peut-être un soldat qui a eu le courage, et je dis bien le courage, de refuser d'obéir à un ordre du genre : reprendre une colline ou des tranchées perdues la veille.
On sait que beaucoup furent "fusillés pour l'exemple"; façon de rappeler que même si le simple soldat a une vision certes plus proche de la réalité (avec les lignes ennemies à quelques mètres) ce n’est pas lui qui commande !
Le fait que la victime soit agenouillée : volonté de le rabaisser encore ?
Ce paysage, c'est comme si la neige allait tout recouvrir, afin de cacher certaines choses et l'on sait bien que ceux restés à l'arrière ne savaient pas tout; nos manuels scolaires aussi on eu des trous de mémoire!
Ce paysage me fait penser à la Lorraine (sans doute parce que c'est ma région); les bords de routes ou l'on voit des tombes de soldats, sans parler de ces vastes champs de croix. Bref, la neige, le froid, ce martyr et face à lui ce peloton qui s'apprête à tirer; tout cela me fait froid dans le dos.
Bravo Indo pour avoir osé!»
MissMarco.

Au-delà de la volonté de réaliser une pochette en adéquation totale avec la chanson qu’elle illustre, on peut donc dire qu’Indochine a également souhaité choquer tout en montrant son changement radical d’univers. Fini l’adolescence et ses tourments, place à la dure réalité de l’âge adulte. Comme l’a dit Nicola : « On entre dans l’âge adulte. On a pas du tout envie d’y entrer, mais ca y est, là, c’est fait, on y est en plein dedans. On a fini de rigoler. »

Oui, fini de rigoler. La Météorite Indochine s’est abattue le 9 mars chez tous les bons disquaires et a fait exploser de bonheur nos petites oreilles ! Alors, avez-vous survécu au grand choc de cette « République des Météors » ? Et saurez-vous patienter encore jusqu’à l’explosion d’émotions que vous procurera le très prometteur « Météor Tour » ? Réponse dans quelques mois…

InDoAleX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadine_ Crow

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Ven 20 Mar - 18:48

Par contre après relecture, j'aurais supprimé "(sans doute en plein hiver)"

C'est tellement évident sur ce visuel que du coup, c'est superflu.

Voilà =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InDoAleX

avatar

Messages : 745
Date d'inscription : 06/08/2007
Age : 32
Localisation : Dans le paradize de Sir Sirkis ! (Anglet-P.A)

MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   Ven 20 Mar - 23:29

Oui effectivement ^^ De rien Indotab ! Very Happy

_________________
"Pour toujours dans nos coeurs brillera l'Electrastar..."
http://steph-sanctuary.forumactif.com

"Je suis un cas désespérant. Surtout en cuisine !" Nicola Sirkis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.planeteindochine.fr.tc
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[n°8] La Pochette de Little Dolls (visuel)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visuel pochette CD "TOUR 66"
» message visuel dernier Album de Johnny
» New York Dolls
» Dick Zimmerman et la pochette Thriller
» pochette de disque avec des reso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un jour en Indochine :: Archives-
Sauter vers: